Septembre 2012 : Les boules de pétanques

10 octobre 2012

Pétanque

« Les boules de pétanque »

 

…, bon j’avoue, ce n’est pas mon activité préférée.

Je m’occupe dans mon vrai travail, entre autre, de la relation presse et je reçois pas mal de magazines. Ceux-ci, bien sûr, concerne un domaine bien précis qui est celui des machines-outils et plus généralement tout ce qui touche au travail du métal.

En faisant ma revue de presse dernièrement, je suis tombée sur un article concernant la réalisation des boules de pétanque. Je vous livre ci-après les secrets de fabrication d’une parfaite boule d’acier.

… et d’1 : Savez-vous d’où vient le nom « Pétanque » ?

Pour lancer sa boule, le joueur de pétanque doit se tenir à l’intérieur d’un cercle entre 35 et 50 cm, ce qui l’amène à fermer les pieds. En Occitan, « pieds » se dit pès et « fermer » tancar : le joueur se tient donc à « pès tanqués » soit les pieds joints.

 

… et de 2 : Savez-vous situer la pétanque dans l’histoire ?

Ce jeu est arrivé en France avec les Romains, ce qui permet de situer les premières parties dans les premières civilisations méditerranéennes. Très populaire, la noblesse s’en offusque et s’en empare jusqu’à en faire interdire la pratique, interdiction à laquelle la Révolution mettra fin. Partant de là, le jeu se diffuse sur l’ensemble de l’Hexagone.

 

… et de 3 : Savez-vous de quoi était faites les premières boules ?

D’argile, de pierre, de bois puis de bois clouté. Ensuite, 2 révolutions majeures en 1927 conduiront le jeu de boules à leur popularité actuelle : la codification des règles et la production de la première boule en acier qui mettra 3 ans à s’imposer définitivement sur les aires de jeu. Depuis, l’innovation technologique n’a cessé de se poursuivre.

 

… et de 4 : Savez-vous m’énoncer les règles du jeu ?

Non ? Moi non plus d’ailleurs. Très simple en vérité : envoyer sa boule au plus près du but de buis (ou de plastique) de 30 mm de diamètre. (le cochonnet pour ceux qui n’aurait pas compris !). Chaque équipe peut avoir 2 à 3 joueurs avec 6 boules chacun. Je vous passe les détails. Le terrain est inégal de préférence puisqu’il s’agit d’un sport en pleine nature. Qui gagne ? L’équipe qui a mis le plus de boules près du but (ou cochonnet). Allez, ça on le savait en fin de compte ! Combien de points ? Une partie se joue en 13 points.

 

… et de 5 : Savez-vous quelle est la norme pour une boule ?

Norme de référence mais non obligatoire pour les boules de loisirs : NF S 52-200. Cahier des charges de la Fédération Française de Pétanque pour les boules de compétition.

 

… et de 6 : Savez-vous quelle technique de travail du métal est utilisée pour la fabrication d’une boule ?

Le forgeage. Il s’agit d’une déformation du métal, à chaud ou à froid, par l’utilisation d’un outil de choc (type marteau par exemple) et d’un support (enclume ou matrice). Une fois la forme finale obtenue, la pièce est soumise à des traitements thermiques permettant de contrôler le durcissement ou l’adoucissement de la pièce en fonction de son usage. La pièce obtenue par forgeage est plus résistante tout en gardant une certaine souplesse.

 

… et de 7 : Savez-vous quelles sont les caractéristiques techniques d’une boule ?

  • Diamètre : entre 70,5 et 80 mm
  • Poids : entre 650 et 800 grammes
  • Matériau : Acier au carbone ou acier Inoxydable (je fais simple, je passe l’étape de transformation du métal et renforcement des propriétés caractéristiques de ces matériaux). Simplement, je rajouterais que la technique de forgeage permet effectivement de renforcer toutes les qualités intrésèques du métal.

Les boules sont creuses pour leur permettre de respecter ces caractéristiques et ne doivent être ni plombées ni contenir un quelconque produit. (Pour info, si elle était pleine, une boule pèserait entre 1,4 et 2,1 kg !)

 

 

… et de 8 : Savez-vous combien d’étapes intermédiaires il faut pour fabriquer 1 boule ?

6 étapes différentes forment ce que nous appelons la gamme de production d’une boule de pétanque.

  1. Lopin de départ : un simple cylindre d’acier
  2. Ecrasage : transformation du cylindre en un disque (ou galette)
  3. Ogivage : emboutissage de la galette en forme hémisphérique
  4. Soudage de 2 hémisphères pour former une sphère
  5. Rectification de la sphère avec équilibrage et mise au poids
  6. Marquage du produit : gravure du poids, du nom du propriétaire…

Une série de traitements thermiques (trempe et recuit) permettent d’augmenter la durée de vie des boules. Une boule tendre absorbe plus efficacement les chocs en se déformant. Toutefois, trop tendres, les boules s’abîmeront plus vite et seront rapidement marquées et inutilisables. Trop dures, elles rebondiraient lors de chaque impact et deviendraient cassantes.

Une batterie de test permet la validation de la boule prête à l’emploi : mesure de la dimension, mesure de la dureté, rééquilibrage de la boule si elle ne roule pas droit (ce que nous appelons rééquilibrage du balourd), test de l’encaissement (nombre de coups encaissés avant que la boule ne soit complètement inutilisable)

Une finition leur donnera leur aspect final.

 

 … et de 9 : Savez-vous quelle boule choisir ?

  • Diamètre : la boule est choisie en fonction de la taille de la main.
    Grand diamètre : plus grande probabilité de toucher lors d’un tir.
    Petit diamètre : la course au sol est moins sensibles aux irrégularités
  • Masse : lourde pour le pointeur, légère pour le tireur
  • Dureté : plus la boule est tendre plus elle encaissera l’énergie des chocs en se déformant.
    Au point : les boules sont moins sujettes au rebond lors de l’impact avec le sol.
    Au tir : les boules reculeront moins et favoriseront les carreaux
  • Striation ou Marquage : personnalisation de son jeu de boules par gravure mécanique ou laser.  
    La striation permet de tenir la boule harmonieusement dans la main, elle peut être facilement reconnu et facilite le comptage de points d’une partie.
    Attention cependant, le marquage peut ralentir la boule lors de son roulement au sol.

 

… et de 10 : Savez-vous pourquoi cet article m’a marqué ?

Non pas pour la pétanque… mais pour tout le procédé de transformation, du métal brut à la pièce finie. Encore une fois, je constate qu’un objet apparemment simple et anodin à l’utilisation nécessite tout un procédé technologique pointu pour pouvoir produire une boule parfaite… et tenter une super partie de pétanque !

 

Référence : Libre inspiration d’après « Les boules de pétanque » / La forge n° 44 – Avril 2011 / Fabrice Chevaleyre avec la collaboration de M. Dupuy, La Boule Obut

 

Pour en savoir plus :

  • www.laboulebleue.fr
  • sur Wikipedia, cherchez « Pétanque »

 

Pour info : La FFP a recensé 306.761 joueurs de boules en 2011 (stats sur info.gouv.fr). A cela il faut rajouter les joueurs de fédérations affinitaires, omnisports et autres… + tous les joueurs loisirs. Ce qui prouve bien à quel point la Pétanque est populaire.

 

 

fichier pdf Les boules de pétanque – Septembre 2012

, , , ,

UPVRUN |
UPVBB |
blog officiel de Nicolas Lu... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | NBA French Connection
| unsspforest
| roussinette